FASHION

Pourquoi j’achète moins de vêtements, mais mieux?

Ces derniers temps, je lis beaucoup d’articles sur cette thématique de l’achat responsable, utile, réfléchi, et c’est un sujet qui me fait beaucoup réfléchir. J’ai beaucoup aimé celui de Virginie, qui propose une longue réflexion sur le sujet. Une autre remarque de Coralie du blog Ellesenparlent m’a également interpellé puisqu’elle répondait à des lecteurs mécontents du prix des vêtements qu’elle propose dans ses looks en expliquant qu’avec l’âge elle avait envie de pièces de meilleures qualités, et que son niveau de vie lui permettait d’investir dans ses vêtements.

Investir, c’est un verbe que j’ai trouvé assez intéressant, car si on regarde de plus près sa définition “placer des fonds dans quelque chose en vue d’en tirer un bénéfice”, on peut se questionner sur le bénéfice en question derrière l’achat de vêtements. Quel type de bénéfice fait-on lorsque l’on achète un nouveau manteau, une paire de chaussures?

Je soulève des questions qui méritent réflexion, mais je dirais que ce bénéfice ne peut pas être quantifiable en terme de gain d’argent. Vous qui essayez de vendre vos vêtements depuis des lustres, vous ne pourrez que confirmer: on y perd plus qu’on y gagne. A l’exception bien sur du sac Chanel vintage trouvé dans le grenier de Mamie.
Pour moi le bénéfice est de l’ordre d’une économie d’argent tout d’abord, et également d’une forme de satisfaction personnelle suite à un achat.

Mon parcours dans l’achat de vêtements est celui de la plupart des femmes: une adolescence faite d’achats très récurrents dans des enseignes bon marché, une armoire pleine à craquer, un choix incroyable… Pour finalement arriver à 27 ans à ne presque plus mettre les pieds dans les H&M et autres Zara. Vous dire que je n’achète plus ces marques, ce serait vous mentir, mais affirmer qu’elles ne composent plus 85% de garde robe, en revanche, n’est pas faux. De même, la famille de mes 16 blazers a été décimée, et aujourd’hui seuls 4 d’entre eux se côtoient dans mon armoire.

Alors pourquoi ces changements?

Jean: Mango | Cuissardes: Ralph Lauren| Pull: Massimo Dutti |Manteau: Mango | Sac: Louis Vuitton

L’envie d’avoir des vêtements de meilleure qualité

Aujourd’hui plus que jamais, avec toutes les préoccupations écologiques et le dynamisme du Made in France, avoir des produits de qualité est un credo.
Pas étonnant donc que cet état d’esprit ait résonné dans mes oreilles, et soit devenu un objectif.
Cet objectif, il est parti d’un constat simple: j’ai dépensé beaucoup d’argent dans des pièces à moindre coût, qui ont été d’une qualité moyenne, m’obligeant à continuellement renouveler ma garde robe.
Faites le calcul: un jean à 30€ de mauvaise qualité, qui disons au bout de 10 lavages est troué ou a perdu sa couleur. Ce jean vous le portez et le lavez une fois par semaine. Ce qui fait qu’après 10 semaine, vous devez en acheter un nouveau. A la fin de l’année, vous aurez acheté environ 5 jean à 30€, soit 150€ de jean. L’économie immédiate se retrouve être une plus lourde charge à la longue. Cela ne vaut pas vraiment le coup non?
La qualité, c’est un critère qui est essentiel à mes yeux, et j’en fais une véritable quête lors de ma recherche de vêtements. Il est parfois difficile d’évaluer si ce vêtement sera de bonne ou mauvaise fabrique, mais certaines matières plus nobles (cachemire, cuir,..) peuvent être un premier indicateur, et l’expertise de la marque dans un domaine également. Par exemple, si l’on reste sur nos jeans, acheter un Levi’s me semble être un meilleur investissement qu’un jean Mango. De même, vous ne serez jamais déçu d’un vêtement technique Uniqlo, puisque c’est justement leur marque de fabrique. En revanche, je reste toujours étonnée de la qualité de certaines pièces de mon vestiaire provenant de marques dites de Fast Fashion, que je garde depuis des années.

Savoir trouver le meilleur prix

Et justement, le prix, parlons en!
Il me paraît toujours difficile d’évaluer le prix juste d’un vêtement. Nous sommes très habitués à consommer à moindre coût, et il n’y a qu’à observer l’essor d’enseignes à bas prix en tout genre (Action, Sostrene Grene, Hema,…) pour se rendre compte de l’importance du prix des choses dans notre société.
D’un côté, la fast fashion et ses prix très bas, et de l’autre, les marques dites premium ou luxe, qui proposent sans problème des t-shirts à 200€. Difficile de s’y retrouver dans cette ambivalence. Est ce qu’un pull en laine vaut 50€ ou 500€? Combien coûte la qualité?
D’ailleurs, je me fais souvent la remarque que les marques qui proposent des vêtements de bonne qualité à un prix raisonnable (ni trop cher, ni pas assez) sont assez peu nombreuses.
Pour moi, le meilleur prix, ce n’est pas le moins cher. C’est le plus juste. Comment expliquer les 130€ que j’ai déboursé pour une blouse The Kooples qui a fini en taille 6 ans au premier lavage? Et à contrario, pourquoi cette paire de bottines en cuir Zara que je me traîne depuis presque 10 ans m’a fait dépensé moins de 100€?
C’est pour ça que mon armoire est un pèle mêle de pièces à des prix exorbitants et de petites perles à très bas prix. Je ne cherche pas à acheter très cher ou pour quelques sous, je cherche à acheter mieux. Et cela passe aussi par un peu de chance, par une aptitude à savoir trouver le bon plan. Parfois, on peut être surpris de tomber sur de très bonnes affaires, et parfois, un achat s’avère être un très mauvais choix. Un de mes conseils est également de profiter d’internet et des réseaux sociaux pour se faire un avis sur les produits. Par exemple, j’ai lu et entendu à plusieurs reprises que les jeans Sézane étaient tops, mais qu’au contraire les pulls (qui sont très coûteux) ne résistaient pas à la machine à laver. Alors bien que ces petites merveilles me donnent envie, je ne pense pas que je m’offrirai un pull Sézane.

Un exemple concret: mon look

Je trouve qu’une bonne manière d’illustrer mon propos est de vous présenter ce look. Il reprend plusieurs éléments que j’ai détaillé juste avant. Je vous parlais de ces achats que l’on a fait il y a des années, à bas prix, et qui font toujours parti de notre garde robe. Ce manteau Mango m’appartient depuis une dizaine d’années, et je n’ai rien à dire sur sa qualité et pour les 30€ d’investissement de départ, je trouve qu’il fait plutôt bien son travail. A contrario, ce pull magnifique dans lequel je me sens si bien, lui, ne me suivra pas longtemps. Les bouloches sont déjà là, des fils apparaissent, cette pièce aux prix de base d’environ 60€ n’est pas une bonne affaire.
En revanche, parfois, y mettre le prix peut être juste l’envie de se faire plaisir tout en s’assurant une sorte d’héritage. Mon sac Neverfull de chez Louis Vuitton me suivra ma vie entière, et appartiendra surement à quelqu’un d’autre après moi.
Un look avec des pièces de luxe peut aussi être le résultat de vraiment bonnes affaires. Comme ces cuissardes Ralph Lauren tout en cuir que j’ai payé 100€, et que j’ai vu pas plus tard que ce samedi soldées à 39€99. Vous y croyez? La magie des magasins d’usine!

Je conclurai cet article en disant que comme tout le monde, je ne fais pas de sans faute, que mes achats peuvent parfois être de mauvais investissements et que de temps en temps, il faut juste arrêter de réfléchir et penser à se faire plaisir!

Et vous, quelle est votre démarche d’achat de vêtements?

Laura

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply