LIFESTYLE

Bonne année 2019 ! Bilan et réflexions

Une nouvelle page s’est tournée il y a quelques jours, et nous sommes entrés dans l’année 2019 si vite, que je n’ai rien vu venir. J’ai d’ailleurs l’impression que ça a été le sentiment de beaucoup de personnes.

Quoi qu’il en soit, je vous souhaite une

Bonne Année 2019 !

Et pour commencer cette année, j’ai envie de partager mon sentiment avec vous sur plusieurs sujets, en commençant par le blog et moi.

Fin 2017, la gloire d’un blog fashion

Je vous en parlais dans cet article l’année dernière, mais en 2017, j’ai passé beaucoup de temps à travailler sur mon blog, et je me suis lancée en grande pompes dans les articles fashion. Mon homme a été ravi de faire le photographe dans toutes les situations (lol), et j’ai passé beaucoup de temps à chercher des idées d’articles qui auraient du sens tout en présentant un look. Les marques ont d’ailleurs commencé à me contacter et j’ai pu faire de beaux partenariats sur ce blog. En 2018, c’est avec un beau tableau Excel recensant mes objectifs que je commençais l’année, motivée comme jamais. Seulement, les 2 articles par semaine, les nouvelles photos de look et l’objectif de faire plus de partenariats ne se sont jamais concrétisés. Pourquoi? Parce que je faisais quelque chose qui ne me correspondait pas, tout simplement.

Si j’ai toujours adoré la photo, je n’ai jamais vraiment assumé d’être de l’autre côté de l’objectif. Et bien que je sois une personne qui pense que c’est bon de repousser ses limites, je crois aussi qu’on ne peut pas fondamentalement changer ce que nous sommes. L’appareil photo, j’aime l’avoir entre les mains, c’est comme ça. Alors sans prendre de “résolution” à ce sujet, j’ai choisi cette année de rester moi même et de faire des articles qui me plaisent, avant tout. Et oui, je ferai peut-être des articles fashion , mais seulement si l’envie m’en prend.

2018, le retour à des convictions profondes

Une alimentation plus respectueuse

Je prévois déjà de vous faire un article détaillé sur le sujet cette année, mais en 2018, j’ai fais un choix de vie fort, celui d’être végétarienne. J’ai passé 4 ans sans manger de viande il y a plusieurs années, et j’ai l’impression de m’être égarée durant de longues années.

Si l’idée de repasser dans le monde des végétariens me trottait dans la tête depuis un moment, c’est mon voyage au Canada et plus particulièrement ma rencontre avec les baleines à Tadoussac qui a achevé de me convaincre.

Cette rencontre avec le plus gros mammiphère de la planète m’a d’ailleurs amené à remettre en question la manière dont je consomme, au quotidien. Etre végétarien, ce n’est pas seulement ne plus manger d’animaux, c’est aussi être une personne qui remet en cause la société dans laquelle nous évoluons, et qui réfléchit à l’impact qu’a notre consommation sur le monde qui nous entoure.

Boycott d’entreprises en désaccord avec mes convictions

Parce que malheureusement, j’entends encore trop souvent “Oui mais moi tout seul je ne peux rien faire, ça ne va pas changer le monde” , ce qui est une abberation à mes yeux. Nous sommes TOUS responsables, et je crois que c’est assez naïf de croire que notre consommation abusive de viande, plastique, pétrole, n’a que peu d’impact et n’est pas dépendant de notre PROPRE volonté.

J’aime dire qu’en France, nous sommes le pays de la Révolution, et que le pouvoir est entre les mains du peuple. Pour moi, ça s’applique à la planète entière. Les grandes entreprises contrôlent peut-être les hommes politiques et les grandes organisations, mais elles vivent surtout grâce à l’argent que NOUS leur donnons, en consommant.

La balle est donc dans notre camp!

Au Canada, nous avons ouvert la porte de Starbucks un paquet de fois, pour profiter de leur thé glacé à la pêche qui nous a bien plu dans la chaleur de Montréal. Déjà dérangé par ma consommation incroyable de plastique, j’ai choisi de boycotter Starbucks après avoir visionné le reportage diffusé par Arte sur cette multinationale. Edifiant.  

Bien évidemment, je ne suis pas extrême dans ma démarche, et dans le cas où je n’aurai VRAIMENT pas le choix, je succomberai à la sirène. Mais le fait est que depuis Septembre, Starbucks n’a pas eu le droit au moindre centime de ma part. 

En 2018 donc, j’ai boycotté Starbucks. 

Et qu’en sera t’il ensuite? J’ai choisi de dire non à au minimum une entreprise par an qui n’est pas en accord avec mes convictions. En 2019, c’est McDonald’s qui fera partie de ma liste d’entreprises boycottées. Végétarienne, je n’avais déjà pas beaucoup d’opportunités de m’y rendre, bien qu’ils proposent maintenant un sandwich sans viande. Seulement, en achetant chez McDonald’s, je continue à financer une entreprise qui:

*fait tuer massivement des animaux dans de mauvaises conditions (n’allez pas croire que votre steack a été respectueusement abattu ou élevé, arrêtons d’être naïfs)

*incite (grâce à un budget marketing démesuré) la population à manger des aliments toxiques, addictifs et de mauvaise qualité

*génère un gaspillage incroyable, et je vous invite à lire cet article publié dans Le Monde en 2018, qui donne un aperçu du volume de gaspillage alimentaire rien qu’en France

Et en cette période de fêtes de fin d’année, je m’interroge d’ailleurs sur la manière dont nous fêtons Noël.

Est-ce que l’on n’aurait pas dépassé les limites de la sur-consommation?

Cette année encore (et plus que d’habitude j’ai eu l’impression), c’est une immense montagne de cadeaux qui se sont distribués dans la famille. Tout un paquet d’objets offerts par les uns, reçus par les autres. Et face à ces cartons, plastiques, paquets, emballages jetables, j’ai eu le coeur serré.

Est-ce que vraiment ça Noël? Un déballage matérialiste, une course aux cadeaux, que l’on fait parfois sans même en avoir l’envie. Impossible pour moi de ne pas être outrée par ce comportement que l’on a tous.

Est-ce que Noël et le mois de Décembre ne sont pas avant tout du partage, des moments en famille, la simplicité de passer du temps avec les gens qu’on aime?

Ce n’est pas du tout ce que je ressens dans ces périodes de fêtes.

Ca commence par le moment où l’on se creuse la tête pour trouver un énième cadeau (qu’on a même pas plaisir à offrir) pour les membres de sa famille, qui ont, disons le bien, déjà TOUT et besoin de RIEN. Il y a ensuite les employés d’Amazon payés au rabais, mais qui doivent vous livrer en 24h vos précieux colis. Il y a le sapin de Noël, jetable, qu’on aura fait produire en masse et arraché du sol, pour décorer la maison pendant 20 jours, avant qu’il ne finisse à la décharge, avec ses semblables, rachitique, sec et dépourvu de ses épines. Il y a aussi tout le foie gras, qui fera plaisir aux invités, mais beaucoup moins aux animaux, sacrifiés pour UNE soirée de plaisir (si on a encore assez faim pour apprécier ce que l’on mange). Enfin, il y a bien sûr les achats de jouets pour nos enfants, en plastique et à des prix imbattables, fabriqués à l’autre bout du monde, par d’autres enfants, bien moins gâtés eux.

Et je ne peux pas m’empêcher de repenser à cette phrase, que mon père repète souvent “tu sais nous à Noël en Sicile, on avait une orange, et on était contents”. Une orange oui. (Je vous invite d’ailleurs à lire cet article  pour comprendre pourquoi l’orange est le fruit star de Noël).

Sans aller dans l’exagération d’offrir un fruit à Noël, je me demande si on a vraiment tout compris au sens de cette fête.

Est-ce que cette société ne nous aurait pas complètement rendu abrutis devant des possessions matérielles, de la nourriture à outrance et une consommation excessive et irresponsable?

Depuis quand a t’on besoin de surcharger notre famille d’objets matériels pour leur montrer qu’on les aime et leur faire plaisir? N’est-ce pas le moment passé ensemble qui nous rend heureux? Le temps passé dans la cuisine avec notre grand-mère, à l’aider à cuisiner? Le concours de blagues lancé par nos cousins? La musique de Noël, chantés par nos oncles et tantes? La soirée attablés à faire une interminable partie de Monopoly?

Mon plan pour 2019

Face à ces constats, j’ai envie de travailler cette année, pour réduire cette consommation inutile, et revenir à l’essentiel: le temps de qualité passé ensemble.

Ce sera ça mon véritable fer de lance en 2019: avoir une consommation plus responsable. Etre soi-même, ne pas se contraindre à faire des choses qui ne nous ressemble pas, et avoir un impact positif sur notre planète et l’humanité. Et autant vous dire que le blog suivra ce tournant également.

J’ai bien conscience que ces sujets ne font pas l’unanimité et dérangent bien souvent, mais je vous invite à partager avec moi votre avis sur ces sujets en commentaire. Je serai ravie de pouvoir débattre du sujet avec vous et d’échanger sur les actions que l’on peut mener à notre échelle pour apporter un peu de positif à la planète!

Une fois encore,

Bonne année 2019 !

Laura

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Fanny
    10 janvier 2019 at 16:14

    Tu as bien raison : profitons du temps de vie ensemble, c’est ça qui compte au final! ♥
    Bonne année Laura!

    • Reply
      Vitalaurea
      17 janvier 2019 at 10:04

      Merci Fanny! On est bien d’accord :)

Leave a Reply